Nouvelles
Biographie
Démarche
Galerie
Technique
 
Contacts
ÉTAPES DE CRÉATION  >  

1. « ESQUISSES »

Dans un premier temps, c'est par le dessin gestuel que j'aborde toute nouvelle création. C'est par là que se révèlent à moi les qualités spatiales de mes inspirations.  De façon générale, je privilégie les formes asymétriques qui engendrent un effet de déséquilibre. Ce phénomène interpelle constamment notre oeil ce qui, additionné aux distorsions, rend l'objet résultant très dynamique.

Le choix du point de vue de la lentille est fondamental puisqu'il est l'ancrage de la sculpture dans notre réalité collective. J'attache une grande importance au réalisme du traitement de l'image rétablie en constituant une documentation photographique à laquelle je me réfère tout au long de la création. Cela renforce le lien d'identité et décuple l'impact du phénomène anamorphique.

2. « SYSTÈME OPTIQUE »

Relativement aux lignes directrices choisies, je détermine ensuite le système optique à partir duquel s'appliquera la distorsion. De l'étude qui s'en suit découle une série d'esquisses volumétriques faites dans un banal logiciel de traitement d'image (Photoshop). Mais encore à cette étape, le défi de la transposition de mes idées en forme tridimensionnelle demeure entier.

3. « MAQUETTE »

Le modelage de la maquette originale est l'étape la plus laborieuse. Le positionnement du système optique est le point de départ de la maquette. Sa hauteur et son angle de visée sont directement liés au volume que la sculpture occupera. La grande difficulté tout au long de la mise en forme est de ne pas perdre de vue l'expressivité recherchée et ce, en préservant les lignes directrices retenues dans les esquisses préparatoires.

Toujours en regardant à travers les lentilles, je construis la forme dans l'espace à l'aide de fils d'acier. Les volumes apparaissent ensuite graduellement selon leur ordre d'implication visuelle. Je donne beaucoup d'importance au visage de mon sujet car je cherche à créer la présence la plus tangible possible. La matière que j'utilise est un mélange de pâte époxy que je modèle par addition et soustraction. L'avantage de cette matière est qu'elle devient très dure au séchage, ce qui me permet de raffiner les modelés de façon très précise.

Après une multitude d'essais et erreurs, la maquette est prête au moulage. Pour donner une échelle de temps, le modelage de la sculpture «Capsule», par exemple, a exigé environ 600 heures de travail, soit 4 mois, avant que la pièce ne soit finalement prête à être envoyée en production.

4. « PRODUCTION DU BRONZE »

Pour l'obtention d'un exemplaire de bronze, la technique utilisée est appelée «coulée par cire perdue». Le moulage, la correction de cire et la coulée du bronze se font directement en fonderie. Les étapes qui en découlent doivent être exécutées avec beaucoup de précision. Vous pouvez avoir accès à de plus amples explications en allant sur le site de L'Atelier du Bronze (voir Contacts).

Je me réserve ensuite la touche finale sur chaque exemplaire soit environ 20 % de la tâche de finition. Certains détails comme l'expression des visages, les patines et l'assemblage de certaines parties qui sont directement en relation avec l'optique ne peuvent être exécutés par d'autres.

5. « ASSEMBLAGE ET SOCLE »

Cette étape est cruciale vu l'importance que prend la dimension optique dans mes oeuvres. À ce stade-ci, j'introduis les lentilles à l'intérieur d'un support selon les paramètres prescrits par des ingénieurs en optique. Leurs connaissances et leur support sont indispensables à l'obtention d'une qualité visuelle exacte.

Le socle a été élaboré en même temps que la sculpture lors de l'étape de création. Dans mon travail, je tiens à lui donner une valeur expressive qui ajoute au sens de l'oeuvre. Le socle est justement ce qui permet à l'oeuvre d'être en lien avec la réalité du spectateur. C'est le pont qui conduit à l'expérience. Les matériaux peuvent varier, passant du bois à la pierre, de l'acier à la fonte. Je travaille de concert avec différentes personnes de talent pour atteindre le résultat désiré.

6. « TIRAGE »

Les sculptures sont tirées au nombre de 12 exemplaires, soit une série numérotée de 1 à 8, à laquelle s'ajoute 4 exemplaires d'artistes. Une fois la série terminée, j'organise une rencontre pour souligner le bris du moule et officialiser l'achèvement de la génération d'une sculpture. Malgré le tirage en plusieurs exemplaires, chaque pièce reste pourtant unique. La multitude d'étapes qui précède l'obtention des bronzes amène toujours de légères variantes qui, au cours de l'assemblage et de la finition, laissent une trace unique sur chaque sculpture.